4 juillet 2020 // Fin de notre campagne de remboursements // + d’infos

Moooonstres | Blanche comme la neige

Pop-Rock

Murray Head

  • 20h30

Au Moulin 9

Tarif normal : 16€
Tarif réduit : 13€
Jeunes – de 15ans : 5,50€
Vitaculture : 5,50€

Voir en ligne : www.murrayhead.org

Avec une double-carrière d’acteur et de chanteur à succès, Murray Head possède à son actif quelques-unes des références incontournables de la culture populaire occidentale de ces trente dernières années.

Né à Londres en 1946, il poursuit une scolarité au Lycée français de la ville.

Il débute un fructueux parcours cinématographique en 1966 avec "The Family Way" de Roy Boulting.

Les comédies-musicales lui collent à la peau : "Hair" et "Jesus Christ superstar" vendent plusieurs millions d’exemplaires de leur BO.

En 1975, l’album "Say it ain’t so, Joe", adapté de l’histoire de la star du base-ball Joe Jackson, devient culte, tout comme la chanson One night in Bangkok, interprétée dix ans plus tard, issue de la comédie-musicale "Chess".

Murray Head illustrera la richesse de son tour de chant sur cinq albums qui sont tous des disques d’or...

Il commence à chanter en français au début des années 90 et cartonne avec les titres Comme des enfants qui jouent et Une femme, un homme.

Il joue dans les films d’Edouard Molinaro, se passionne pour la correspondance de Musset et George Sand. Les télévisions britannique et canadienne lui offrent de nombreux rôles dans des séries TV.

Fin 2010 les éditions Fetjaine chez La Matinière proposent à Murray d’écrire une autobiographie et en mai 2011 sort « Autobiographie en passant ». Il s’attache à y raconter les histoires qui ont construit sa vie, ses rencontres, ses victoires, ses échecs, ses expériences… finalement, il réalise que chaque instant de sa vie est lié à une chanson, un air…. Il décide donc de rendre hommage aux artistes qui ont rythmé son existence et c’est naturellement que son album « My Back Pages » sort dans les bacs en novembre 2012.

2013 sera l’année de son retour sur la plus prestigieuse salle parisienne : l’Olympia !

Rechercher